Le Retour du Fils de l'Homme
et la Grande Comète


Tableaux étoilés à travers diverses époques
de l'Accomplissement


Tôt le matin, Abraham, accompagné d'Isaac, sortit en direction du Mont Moriah et regarda le Ciel étoilé; il lui sembla qu'au dessus du Mont une Étoile brillait plus fortement que les autres.

* * * * * *

Quelques années auparavant, Abraham avait rencontré, comme sorti de Terre, Melchisédech, le Roi du Monde, Grand Prêtre à jamais selon l'Ordre fondé par Lui-même. Melchisédech avait béni le Pain et le Vin et, sans hésiter, Abraham Lui avait donné la Dîme de tout. Pour cette première Cène en avant-première, Melchisédech avait, apportée avec Lui, utilisé une Coupe provenant du Centre de la Terre. Il l'avait ensuite laissée à Abraham en lui disant:

- "Garde-la fidèlement. Un jour, l'un de tes lointains descendants devra me la rendre."

* * * * * * *

Pendant des générations, comme un Saint Graal, la Coupe avait été transmise, de fils en fils, jusqu'à ce que Joseph, le père adoptif de Jésus, en hérite enfin. Peu avant sa mort, il l'avait remise à Jésus en Lui disant:
- "Cette Coupe T'appartient. Tous mes ancêtres et moi-même ne l'avons gardée que pour Toi!"

* * * * * * *

Abraham avait deux A dans son nom et Isaac aussi. À eux deux manquaient encore le O pour l'Accomplissement de la Promesse. La Promesse était la descendance: un Peuple Élu aussi nombreux que les étoiles dans le Ciel. Celui-ci arriva avec, le petit-fils, JACOB.

* * * * * *

À Béthel, la tête posée sur une pierre, en guise d'oreiller, Jacob dormait. Pendant la nuit, il vit une Échelle qui montait au Ciel; de part et d'autre des Anges descendaient et montaient; tout au Sommet de l'Échelle brillait une grande Lumière en forme d'Étoile.

* * * * * *

Au-dessus du Sinaï une Étoile brillait dans le Ciel et, avec Moïse à sa tête, guidait un Peuple appelé à travers le désert. À cette époque vivait aussi un Voyant Indien nommé Né-so-met. Dans cet état de conscience éclatée il était alors appliqué à graver une imposante Pierre Tombale.

Sur la Pierre Tombale relatant tout l'Événement Cosmique en cours et le Périple du Fils de l'Homme depuis Son Origine Divine jusqu'à Son Retour sur le Trône du Château-Fort du Graal.

* * * * * *

À Bethléem une Étoile brillait, au-dessus d'une étable. Cela dura trois nuits durant. Joseph, l'époux de Marie, la mère terrestre de Jésus, la vit, ainsi que des bergers et trois Rois Mages, qui vinrent à la crèche pour adorer le Divin Enfant.

L'un des trois Rois Mages n'était autre que le Voyant Indien Né-so-met de jadis. À présent, il s'appelait Gaspard. En tant que Né-so-met il avait doublement failli. D'une part, au lieu de - selon la Loi du Donner et du Recevoir - le transmettre, il avait gardé son haut Savoir pour lui; d'autre part, il devait alerter son Maître à l'égard d'un péril imminent qu'il avait vu dans la Boule de Cristal et ne l'avait pas fait.

À présent, en tant que Gaspard, il pouvait et devait se racheter, car, avec son royal pouvoir terrestre, il devait protéger Jésus pendant l'entièreté de Sa Mission et non seulement lui apporter un petit cadeau la nuit de Sa Naissance.

Mais, se souciant de sa femme et de son enfant à lui, Gaspard, comme ses deux "co-Rois", était reparti, sur son chameau, en direction de son lointain royaume, lequel se trouvait quelque part dans la Turquie actuelle.

Cette co-défaillance des trois Rois porte probablement une part de responsabilité dans la tragédie qui survint 33 ans plus tard: L'assassinat du Fils de Dieu crucifié sur la croix!

* * * * * * *

Retenu sur les routes encombrées où grondait la sédition, et accompagné de Marcus, l'Apôtre de Jésus, le futur Évangéliste et le "jeune homme nu" de son évangile, Jacob, alors appelé Joseph, se pressait en direction du Golgotha.

La veille au soir, Marcus avait assisté, avec dix autres, à une extra-ordinaire {S}Cène: un Repas - un Acte du Graal - au cours duquel le Maître, utilisant un mystérieux Calice, avait béni le Pain et le Vin. Après le Repas, afin d'éviter qu'il reste là, Marcus avait pris le Graal qui était demeuré sur la Table et l'avait glissé dans sa tunique.

* * * * * * *

Après l'arrestation de Jésus, le soir du Jeudi-Saint, le Calice contre son cœur, il s'était mis en route, espérant - comme Marie-Madeleine, qui, au même moment, le cherchait aussi dans sa demeure - qu'il pourrait peut-être, en tant que Prince d'Arimathie, faire quelque chose pour sauver Jésus, à la recherche de Joseph. Lorsque Marcus eût trouvé Joseph, il lui remit le Calice en lui disant:

- "En tant que Prince, c'est à Toi de le conserver, car c'est un Cadeau Royal."

* * * * * * *

Lorsque Joseph, le Calice contre son cœur, parvint enfin au Lieu du Crâne, Jésus vivait encore. Joseph se pressa contre les pieds de Jésus au pied de la croix, qu'il enserra de ses bras. Puis, il s'effondra, à genoux, hoquetant, terrassé par la douleur: Son Seigneur et Roi, auquel il avait consacré sa vie et qu'il avait voulu accueillir chez lui, était là, agonisant.

Il L'entendit dire:
- "Père, pardonne-leur,
 car ils ne savent pas ce qu'ils font!".


Cette Parole le crucifia, lui aussi, et il tomba en arrière sur le sol, les bras en croix.

Lorsque, peu après, il reprit connaissance et rouvrit les yeux, Joseph, finalement soulagé par cette Parole de Pardon, vit, tout d'abord, une femme penchée sur lui, et qui lui épongeait le front; puis, en arrière-plan, il vit, derrière elle, le soldat Longinus, qui, afin de savoir s'Il était mort, plongeait sa lance, à droite, dans le flanc gauche de Jésus.

Animé d'une impulsion subite et irrésistible, Joseph se précipita vers Jésus, sortit le Graal de son vêtement et recueillit dedans le précieux Sang, qui s'écoulait de la blessure. Du Sang de Jésus, Sacrificateur à jamais selon l'Ordre de Melchisédech maintenant Lui-même sacrifié, s'échappaient des Irradiations qui remontaient maintenant vers le Père…

Ainsi se trouvait momentanément compensé le déficit d'Irradiations devant remonter, en provenance de la matière grossière, vers la Lumière.

Citant la Prophétie d'Isaïe, Nicodème dit alors:

- "Rejetez sur Lui toute faute, car Il nous a rachetés, et par Ses blessures nous sommes guéris".

Joseph pensa en lui-même:

- "Comment cela se peut-il? Comment l'assassinat de notre Seigneur peut-il nous guérir, c'est impossible!".

Comme s'il l'avait entendu, Nicodème ajouta:

- "Ce n'est pas l'assassinat de notre Seigneur qui nous guérit, mais seulement l'épanchement de Son Sang!".

- "Ce n'est que temporaire", lui répondit Joseph, "c'est seulement un répit, un jour, il nous faudra, quand même, payer l'addition!"

- "Et quand cela arrivera-t-il?"

- "Quand le Fils de l'Homme viendra pour juger", voilà ce que Jésus a dit, répondit Joseph.

Au moment où il prononçait cette Parole, le Calice du Sang de Jésus contre son cœur, un Éclair déchira le ciel, le Tonnerre gronda, la nuit s'établit et la pluie se mit à tomber à grosses gouttes.

Instantanément, tous deux levèrent les yeux vers le Ciel, en direction de l'Orient: Ils virent l'Éclair et il leur sembla qu'ils provenait d'une Étoile se trouvant plus haut au-dessus…

- "L'Étoile de Bethléem!" dit Joseph. "Je me souviens… Je l'ai déjà vue! C'était il y a très, très longtemps!".

- "Alors, en ce temps-là, Tu ne devais pas T'appeler Joseph!?!", dit Nicomède. Une fois, le Maître m'avait dit: "L'Esprit souffle ou il veut, personne ne sait d'où il vient ni où il va!" et Il avait ajouté qu'il me fallait naître de nouveau! Là je n'avais rien compris, car je croyais qu'Il voulait dire que ma mère devait m'enfanter une deuxième fois, mais Il parlait, en fait, d'une Renaissance spirituelle.

Ensuite, Il a dit que je ne comprenais déjà pas les choses terrestres, alors les spirituelles

- "Alors, maintenant, Tu as compris?"

- "J'ai alors compris pour la Renaissance spirituelle. Maintenant, avec ce que Tu viens de dire, je comprends aussi pour la re-naissance terrestre. Tu es déjà venu sur Terre et Tu as déjà vu l'Étoile!"

- "Toi aussi, Tu es déjà venu et Tu reviendras encore. Et l'Étoile aussi, qui était là pour la Naissance de Jésus, comme nous l'ont raconté quelques vieux bergers de Bethléem, reviendra encore…"

- "Quand reviendra-t-Elle?"

- "Elle reviendra en même temps que le Fils de l'Homme annoncé par Jésus, pour témoigner de Lui."

- "Mais le Fils de l'Homme c'est Lui, n'est-ce pas?"

- "Je n'en suis pas si sûr. J'ai souvent eu l'impression qu'Il parlait de Quelqu'un d'Autre…"

Ils avaient marché en parlant jusqu'à une grotte naturelle que Joseph possédait et dans laquelle il pensait faire son tombeau.
Déjà trempés et ruisselants, ils se mirent à l'abri des grosses gouttes à l'intérieur et Joseph dit:

- "C'est là que nous allons enterrer le corps de Jésus".

Et il ajouta:

- "Ce que je sais avec certitude c'est que lorsque le Fils de l'Homme viendra sur les nuées pour juger, alors l'Étoile sera avec Lui."

- "Mais Qui est le Fils de l'Homme si ce n'est pas Jésus?" questionna Nicomède.

- "Je ne sais pas. Peut-être s'agit-il de Son Frère?"

* * * * * * *

Deux Jours d'Esprit avaient presque passé. Dans le comptage des jours terrestres mis en place par l'Église qui s'était constituée après le Départ du Sauveur le troisième Millénaire était même largement commencé. Toutefois, le vrai Troisième Millénaire ne démarrant lui qu'après la Fin du "Délai de Ravisement" de 2000 années terrestres n'était pas encore commencé, mais la plupart des 6,66 milliards d'êtres humains se trouvant alors sur la Terre ne le savaient pas. Au compteur terrestre, c'était l'année 2012 de l'Ère Chrétienne.

Entre temps, accomplissant la Parole de Jésus "Lorsque le Fils de l'Homme viendra trouvera-t-Il la Foi sur Terre?" le Fils de l'Homme était déjà venu sur Terre pour, suite à la Prière d'Intercession de Jésus dont Nicodème et Jacob-Joseph avaient été témoins, encore une troisième et dernière fois, annoncer la Parole de Dieu aux êtres humains de la Terre, et Il n'avait pas trouvé la Foi! Seule une infime petite poignée d'êtres humains L'avaient reconnu. Les autres étaient pour cela beaucoup trop englués dans la matière.

144.000, qui avaient pour cela imploré, avaient été prévus pour Le servir. C'est à peine si quelques milliers étaient venus. Après la monstrueuse faillite des Appelés ne se montant pas Élus et l'arrestation s'étant ensuivie du Réceptacle ayant servi au Fils de l'Homme, c'est à peine s'il en était resté quelques centaines…

Plus de sept décennies terrestres s'étaient écoulées depuis lors et c'est le triste constat que faisaient entre eux quelques rescapés de ce naufrage, s'efforçant de tenir comme des rocs dans les flots déchaînés et provoquant ainsi autour d'eux un violent ressac… Un Pommier suffirait-il à les recouvrir tous, tout à la fin?

Étienne et Jacques étaient parmi eux…

Quelques années auparavant, Étienne avait raconté en images le merveilleux voyage d'or du petit Isidore en Quête de la Vérité et comment, grâce à Estelle, il avait trouvé le Roi. Malheureusement, il était arrivé trop tard; lorsqu'Il avait su Qui était le Roi, Celui-ci était déjà reparti, non reconnu des êtres humains. De nouveau, comme l'avait déjà écrit Jean, près de deux jours spirituels plus tôt, "La Lumière avait brillé dans les ténèbres, mais les ténèbres ne l'avaient pas saisie".

Le Message de Lumière, l'Évangile Éternel, avait été donné, lors de Sa Présence sur Terre, par le Fils de l'Homme annoncé par Jésus: "Lorsque le Consolateur viendra, l'Esprit de Vérité, Lui vous conduira dans toute la Vérité".

Et maintenant qu'Il avait déjà accompli une partie de Sa Mission en donnant Son Message à l'humanité et en déclenchant le Siècle du Jugement, Ses Fidèles attendaient Son Retour pour clore le Jugement et achever la Purification de la Terre.

Mais il savaient qu'avant cela, comme annoncé dans le Message de l'Envoyé, le Voyant Indien devait se manifester pour coopérer au dernier Événement.

De quelle nature était cette coopération? À l'avance, pratiquement personne ne le savait.

Toutefois, la situation était confuse chez les francophones, car une traduction défectueuse du Message de l'Envoyé avait laissé croire à un certain nombre que l'Envoyé Indien, qui avait été le Roi Gaspard, ne devait pas revenir sur Terre. En fait, le Message du Fils de l'Homme disait uniquement qu'à l'inverse de Gaspard, dont le genre de Service était terrestre, le Service du Voyant Indien de jadis devrait, cette fois, être de nature spirituelle.

Du coup, une partie de ceux qui avaient reconnu le Message du Fils de l'Homme n'étaient pas ouverts à une action du Voyant Indien, qui, par ailleurs, selon toute apparence, ne s'était pas manifesté lors de la Présence sur Terre du Fils de l'Homme, ce qui semblait donner raison aux négateurs.

Pourtant, deux ans auparavant, le Voyant Indien était revenu sur le Lieu ou l'Auteur du Message de Lumière était né et avait retrouvé l'emplacement précis du premier Tombeau de son Maître et, à partir de là, avait renoué le fil avec l'époque où, pendant sept années, dans un état de conscience "éclatée", il avait gravé la Pierre Tombale. Alors, il n'avait pu consciemment assimiler le haut Contenu de la Reine des Prophéties, la Prophétie de la Pierre Tombale. À présent, tout le haut Savoir que, sous le formidable Afflux de Lumière il avait été contraint de graver avec son fidèle stylet, devait maintenant progressivement lui devenir conscient.

C'est ainsi qu'il avait commencé à montrer La Vérité en Images, et que quelques-uns avaient pu le reconnaître comme le Voyant Indien devant coopérer au dernier Événement. La coopération de genre spirituel consistait maintenant à relier consciemment le passé avec le présent, le haut avec le bas, le Commencement de l'Anneau avec la Fin, afin que la conscience de l'inéluctabilité du Retour du Fils de l'Homme s'impose naturellement à tous les esprits ouverts

Étienne et Jacques partageaient joyeusement leur Savoir à ce sujet. Comme l'avait reçu Étienne des années plus tôt, Jacques était l'Annonceur de la Naissance. Il devait aussi reconstituer la Famille et rassembler les brebis du Seigneur.

La Pression de la Lumière sur les cerveaux se faisant plus grande, quelques Appelés pressés avaient cru devoir modestement reconnaître en eux-mêmes la Réincarnation de l'Envoyé qui, de leur point de vue, se faisait trop attendre.

C'était ainsi que plusieurs faux "Fils de l'Homme" avaient pu voir le jour, ici ou là. La pluralité des "candidatures" témoignait déjà de la fausseté de leurs assertions, car il ne devait y avoir qu'un seul Instructeur des Mondes et il était inconcevable qu'Il entre en concurrence avec ne serait-ce qu'un seul d'entre eux! Était-ce de faux prophètes ou n'était-ce pas plutôt des menteurs s'auto-illusionnant d'abord eux-mêmes avant d'essayer d'illusionner ensuite les autres…

Comme souvent, les ténèbres, étant obligées de servir la Lumière malgré elles, prouvaient ainsi que le Temps du véritable Envoyé allait bientôt revenir…, car des annonces datées du Retour de l'Étoile de Bethléem dans la Grande Comète avaient aussi lieu, ensuite vite démenties par les faits.

Il semblait toujours plus évident que la Lumière n'allait plus prendre le risque d'exposer Son Envoyé avant Son Heure terrestre, car il était écrit que le Pied de l'Envoyé de la Lumière ne devrait pas fouler la poussière du passé.

Noël était déjà là et la Fête de l'Étoile Rayonnante approchait à grands pas... Allait-on voir la tant attendue Grande Comète apparaître enfin au firmament de la Terre?

Le suspense était très grand…

  

La Grande Comète