L'échange volontaire

 

Il est nécessaire de dire quelques mots sur l'échange volontaire, car il est de la plus haute importance dans les relations humaines.

Lorsque deux êtres humains, pour un motif quelconque, peu importe ce dont il s'agit, entrent en contact, l'occasion leur est aussi donnée d'entrer, simultanément, entre eux, dans une relation d'échange volontaire.

Alors il y a trois possibilités qui se ramènent à deux résultats: Soit les deux acceptent l'échange, et l'échange volontaire peut alors s'instaurer, soit les deux le refusent et il ne peut donc pas s'instaurer, soit l'un des deux l'accepte et l'autre le refuse, et il ne peut donc pas, non plus, s'instaurer, peu importe lequel des deux l'accepte ou le refuse.

Lorsqu'il s'agit d'Adhérents d'un même Enseignement Spirituel, il est, à tous points de vue, tout à fait logique que la Base de l'échange acceptée des deux côtés soit l'Enseignement Spirituel lui-même.

Mais, qu'est-ce donc qui pousse un être humain à refuser l'échange volontaire?

Il y a là deux possibilités: Soit il ressent l'autre comme d'un genre trop différent du sien, soit, et c'est le plus fréquent, il craint la confrontation avec l'autre, et se dérobe.

Lorsqu'il est parlé ici de confrontation, il ne s'agit, naturellement, uniquement de confrontation spirituelle, donc objective.

Il ne s'agit pas là d'une confrontation d'egos, donc une confrontation intellectuelle, visant à vouloir-mieux-savoir et à avoir-raison.

Il s'agit de l'objective puissance du plus fort en esprit.

Cela implique donc que celui qui se dérobe se ressent comme spirituellement plus faible, mais, surtout - ce qui est bien pire -, qu'il ne veut pas grandir!

Considérons, en effet, le processus de la Pensée:

Une pensée toujours plus concentrée devient vigoureuse, et encore plus vigoureuse: Elle dépasse finalement son auteur en ondes de force compactes, transperce l'aura de sa propre personne et exerce, sur un entourage plus étendu, une influence.

Ceci est donc ce qui se passe lorsque quelqu'un fait l'effort, dans le Silence, de parvenir à une Réflexion approfondie.

Vu de l'extérieur, cela donne l'impression suivante:

Cela, l'humanité le nomme magnétisme de la personne. Les non-initiés disent: "Tu irradies quelque chose!". Selon le genre propre, {c'est quelque chose d'}agréable ou désagréable. Attirant ou repoussant. C'est {un} ressenti!

En réalité, il ne s'agit pas, en l'occurrence, d'une émission, mais bien d'une Attraction spirituelle, allant, non de l'intérieur vers l'extérieur, mais, dans l'autre sens, de l'extérieur vers l'intérieur:

Cependant, tu n'irradies rien! Le processus pour la production de ce sentiment chez ces autres trouve son origine dans le fait que tu attires tout ce qui est spirituellement de genre semblable magnétiquement à toi. Et cette attraction se rend sensible pour le prochain.

Si donc quelqu'un est spirituellement fort, il attire, de ce fait, son prochain à lui, à condition, toutefois, que celui-ci soit sensible à son genre propre.

Autrement dit, il faut que la personne susceptible d'être attirée soit elle-même porteuse de quelque chose qui puisse être attiré. Sinon l'attraction ne peut pas avoir lieu... Il est à remarquer que seul le genre semblable est attiré.

Ce qui a pour corollaire que les genres non semblables, ou même dissemblables, ne peuvent pas être attirés...

Et puisqu'il est question de magnétisme, la comparaison avec l'Aimant est tout indiquée.

Imaginons un Aimant très puissant: Il a beau être très puissant, il ne peut, autour de lui, attirer, par exemple, le bois, la pierre, le plastique, ou tout autre élément non ferreux.

La raison en est l'effet exercé par une Loi précise: "La Loi dela Fonction de Réciprocité".

Mais si le genre est semblable:Dans la relation, l'autre ressent alors distinctement ta force et, la "sympathie", de ce fait, s'éveille.

Ceci est donc l'indication claire que c'est lorsque l'on éprouve la force de l'autre que s'éveille la véritable sympathie.

La raison fondamentale pour cela est celle-ci:

Tout {le} Spirituel est  magnétique.

Et c'est donc aussi l'Explication pour le Processus, bien connu de tous, selon lequel le plus fort domine le {plus} faible, {de} par l'attraction, par aspiration."

Le plus fort domine, parce qu'il prend, en attirant auto-activement à lui. Il ne peut rien contre cela. Et c'est aussi la raison pour laquelle est, en outre, encore pris "au pauvre (au faible)" le peu qu'il a.

A cela une conséquence inévitable:Il devient dépendant.

Ce Processus est extrêmement important. Si deux êtres humains entrent en contact, automatiquement l'un, au moins, va rapidement ressentir la force de l'autre.

Il est, en effet, rare qu'au moment précis de la première rencontre deux êtres soient exactement de même Force spirituelle.

Il est donc inévitable que l'un des deux ressente rapidement l'autre comme plus ou moins plus fort que lui.

Et le plus fort ressentira aussi sa plus grande Force par rapport à celle du plus ou moins plus faible {que lui}.

Si le plus faible n'est pas vigilant, il risque donc d'être "vampirisé" par l'autre, même involontairement...

La fausse mentalité actuelle pourrait alors crier qu'il n'est pas juste que "le plus riche" (en Force) prenne, en outre, au "plus pauvre" (en Force) le peu qu'il a...

Et pourtant, il n'y a là nulle injustice, mais cela s'effectue en fonction des Lois Divines.

Et c'est là que l'on vérifie, une fois de plus, que la Justice Divine (tout comme, d'ailleurs, l'Amour Divin par rapport à l'amour humain...) est très différente de la "justice" humaine...

Et nous savons qu'il n'y a pas de différence entre "Lois Divines" - en ce cas Loi de l'Attraction du Genre Semblable et Loi de l'Effet de Réciprocité - et "Lois de la Nature" (parmi lesquelles les lois de la physique), dont celles qui régissent, par exemple, le phénomène physique du magnétisme...

Les lois de la physique - qui font partie des Lois de la Nature - ne sont que des ramifications des Lois Divines. De haut en bas, les mêmes Principes et les mêmes Processus sont à l'oeuvre... Car il n'y a pas de séparation entre l'Au-delà et l'En-deçà...

La question qui se pose alors est donc celle-ci:

Que peut donc faire l'être humain plus faible - et, à cet égard, nous sommes tous "plus faibles" (de même aussi que nous sommes tous plus forts par rapport à des plus faibles que nous!), car, un jour, tout être humain, sans exception, rencontre quelqu'un de plus fort que lui... - pour lutter contre cette apparente injustice, autrement dit pour conserver ce qu'il a et ne pas devenir dépendant?!?

Et la Réponse est toute simple: L'être humain a seulement besoin de se ressaisir, de vouloir correctement, et il en est protégé.

Se ressaisir, donc ne pas se laisser aller à subir passivement l'ascendance de l'autre, résister, rassembler sa propre force...

Vouloir correctement, donc exercer son propre vouloir, un vouloir clair avec une intensité suffisante.

Donc, ne pas seulement admirer la Force de l'autre, mais vouloir être fort, soi aussi!

Et c'est là que nous pouvons aussi mettre le doigt sur la corrélation entre le vouloir de l'esprit et la force qu'il déploie... La force d'un esprit résulte principalement de l'intensité de son vouloir...

Si quelqu'un "ne se ressaisit pas" et "ne veut pas correctement", il court le grand risque de devenir - ou de continuer à être - ... un esclave!

Ainsi, arrive-t-il que, par paresse, beaucoup deviennent dépendants en esprit {et} possèdent, parfois, en définitive, à peine encore, la faculté de cultiver leurs propres pensées.

La dépendance d'esprit a pour corollaire l'incapacité d'exercer une pensée personnelle. Ainsi s'explique, autour de nous, l'affligeant spectacle de l'incapacité de penser par soi-même..., que certains appellent aussi la "pensée unique", dominante dans une société donnée..., en passe de devenir, à notre époque, la pensée mondiale unique...

Arrivés à ce point de notre réflexion, une nouvelle question se pose, ami lecteur, et que Tu ne vas pas manquer de soulever:

Maintenant, {cependant,} tu soulèves, certes, la question: Qu'en est-il si tous veulent être forts? Si, à personne, plus rien n'est à prendre?

Autrement dit: comment puis-je encore m'enrichir si les moutons {de Panurge} ne veulent plus se laisser tondre?

Alors, il y aura échange volontaire...

Nous y voilà à ce fameux "échange volontaire", objet de notre présente réflexion...

La condition en est clairement donnée: L'échange volontaire ne peut exister qu'entre les esprits qui, tous (cela commence à deux...) veulent être forts...

Il ne peut donc pas exister entre un "{plus} fort" et un "{plus} faible", si le "{plus} faible" ne veut pas, simultanément, devenir aussi un "{plus} fort", au moins aussi fort que celui qu'il rencontre sur son chemin...

Et quel est le fondement (la base) de l'échange volontaire? C'est une Loi de la Création:

Il a pour fondement la Loi {qui dit} que seulement dans le Donner il peut aussi être reçu.

Si, Toi et moi, ami lecteur, nous voulons échanger nos valeurs, il faut impérativement que je Te donne pour recevoir de Toi et que Tu me donnes pour que je Te donne de nouveau...

Et alors, en ce qui concerne notre relation:Il n'y a donc alors aucune stagnation, mais tout le médiocre {en} est éliminé.

Et c'est comme cela que je conçois la Relation, sur la Base de la Sainte Parole de Dieu...

Car moi qui te parle, je veux être spirituellement fort, je veux renforcer mon esprit, et, parce que je connais les Lois, je sais que, pour cela, j'ai besoin de toi, toi qui me lis ou m'écoute...

Je sais que charité spirituelle bien ordonnée commence par soi-même... et que je ne peux donc offrir que ce que je possède déjà en propre...

Je veux te donner et je souhaite recevoir de toi...

Parce que je sais que c'est dans le Don que l'on vit l'Amour et que c'est grâce à la Justice que le Don désintéressé me permet, en retour, de recevoir, moi aussi..., et donc de re-donner, de même que, après avoir reçu, Tu peux rendre, ce qui Te permettra de recevoir encore...

Et je sais que Donner et Recevoir, dans l'échange volontaire, c'est cela la si importante Union ... à laquelle la Vie, si instamment, nous invite..., et sans laquelle aucun Accomplissement ne peut avoir lieu...

Alors, voici ma proposition: Nous deux qui nous rencontrons maintenant, soyons volontaires pour pratiquer l'échange ... volontaire!

Tout d'abord, sur la Base de notre commune Reconnaissance, je Te donne quelque chose qu'en elle ou grâce à elle j'ai, dans ma vie, éprouvé et, en retour, de la même manière, en relation avec ce qui, à un moment donné, nous préoccupe tous deux, Tu me donnes quelque chose que, en elle ou grâce à elle, Tu as, Toi aussi, dans Ta vie, expérimenté...

Et je veux encore Te dire ceci: De même que je n'ai pas peur de Toi, n'aie pas peur de moi...

Car, si Tu es plus fort que moi (je parle, bien sûr, uniquement de et à Ton esprit!), je sais que c'est grâce à Toi que je vais pouvoir grandir en esprit, et cela sera donc, pour mon esprit éternel, au lieu d'une perte, un Gain total... Et j'aspire à ce Gain... Car si mon esprit grandit, tout ce qui vit autour de moi en profitera aussi...

Et si c'est moi qui suis plus fort que Toi (je parle, là encore, bien sûr, uniquement de l'esprit!), ne crains pas, sache que je ne veux pas Te dominer, mais souhaite ardemment pour Toi que tu grandisses en esprit, Toi aussi, et je T'invite non à subir mon influence, mais à devenir fort, Toi aussi, de sorte que, entre nous, tout le médiocre soit éliminé...

Ainsi, nous serons, tous deux, à l'abri de la funeste stagnation... Je T'apporterai le meilleur de moi et tu m'apporteras le meilleur de Toi... Nous vivrons l'échange volontaire que la Vie souhaite pour nous tous, et pourrons ainsi progressivement expérimenter aussi, simultanément, l'Union, condition nécessaire à tous les Accomplissements...

Car si je voulais seulement T'admirer, sans vouloir, pour le moins, T'égaler, je ne pourrais pas grandir, et notre relation n'aurait, en définitive, pour moi comme pour Toi, que peu d'intérêt... Je me contenterais de T'aduler avec nonchalance, et - si Tu l'acceptais - Ton orgueil, Ta vanité et Ta présomption ne feraient que s'accroître, tandis que nos esprits, en réalité non concernés, demeureraient paresseusement immobiles...

Et si je voulais accepter d'être placé, moi, sur un piédestal, par rapport à Toi, alors c'est moi qui serait guetté par l'orgueil, la vanité et la présomption, et, en outre, je ne pourrais pas T'apporter ce qui est vivant..., et mon apport demeurerait donc théorique, mort..., inutile!, et même, par conséquent, en définitive, puisque Te faisant perdre Ton temps, ... nuisible!

Il est un proverbe qui dit: "L'on a toujours besoin d'un plus petit que soi..." Assurément, ce proverbe est juste: Car si je donne à qui est plus petit que moi, selon la Loi, je vais aussi pouvoir recevoir à mon tour...

Mais l'énoncé de la Vérité a ici besoin d'être complété par un autre proverbe, que l'on peut créer aujourd'hui, s'il n'existe pas déjà, et qui dit:

"L'on a {aussi} toujours besoin d'un plus grand que soi..."

Car, dans ce constat spirituel réside aussi cette grande Vertu - la plus grande, peut-être... - qui s'appelle .... Humilité!

Echangeons donc volontairement, afin que, pour nous tous, l'on puisse dire:

"Petit esprit deviendra grand..."